Arthrose de l’épaule (ou Omarthrose)

L’arthrose de l’épaule (omarthrose) correspond à la dégradation du cartilage de l’articulation de l’épaule, sur le versant huméral et sur le versant glénoïdien.

Tout l’enjeu de la prise en charge d’une arthrose de l’épaule sera de déterminer précisément les causes de l’apparition d’une telle dégradation de l’articulation (omarthrose primitive, rupture de coiffe massive, nécrose de la tête de l’humérus, post-traumatique…), afin de proposer au patient le traitement médical, éventuellement chirurgicale, le plus adapté à sa pathologie.

Définition de l’arthrose de l’épaule (ou omarthrose)

L‘arthrose de l’épaule (ou omarthrose) est une maladie ayant pour conséquence la disparition progressive, voire totale, du cartilage articulaire de l’articulation glénohumérale.

La disparition du cartilage va provoquer des frottements anormaux, entraînant ainsi un pincement de l’articulation responsable de la perte de mobilité et de douleur pour le patient.

L’arthrose de l’articulation glénohumérale peut être unilatérale ou bilatérale.

On parle d’omarthrose centrée lorsque les axes entre l’humérus et l’omoplate sont conservés, il s’agit de cas où les insertions tendineuses de la coiffe des rotateurs sont respectées.

On parle d’omarthrose excentrée lorsque les axes anatomiques entre l’humérus et l’omoplate ne sont plus conservés, cela implique soit des lésions associées de la coiffe des rotateurs, soit une usure importante, parfois sur une dysplasie préexistante de l’omoplate, le plus souvent.

Cette distinction est importante puisqu’elle conditionne à la fois le diagnostic et la prise en charge thérapeutique ultérieure.

omarthrose centree causes operation epaule chirurgien orthopediste epaule paris dr marc olivier falcone paris
Omarthrose centrée
omarthrose excentree definition operation epaule chirurgien orthopediste epaule paris dr marc olivier falcone paris
Omarthrose excentrée

Causes et symptômes de l’arthrose de l’épaule (ou omarthrose)

Comme évoqué plus haut, il faut impérativement distinguer l’omarthrose centrée, de l’omarthrose excentrée. 

W

Causes

Omarthrose centrée

La cause principale est idiopathique, c’est-à-dire que nous ne connaissons pas le déclencheur de la pathologie. Les tendons sont encore correctement insérés autour de la tête de l’humérus et la dégradation cartilagineuse a été initiée par un processus inconnu, il s’agit de l’omarthrose primitive. Elle est relativement rare et peut être bilatérale.

Les autres causes de dégradation intra-articulaire provoquant une omarthrose, avec conservation de l’insertion tendineuse et du capital osseux, sont principalement l’ostéonécrose de la tête de l’humérus, les séquelles d’ostéochondrite, les lésions post-traumatiques (les fractures par exemple), les pathologie inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde par exemple), les luxations d’épaule à répétition, une infection articulaire (arthrite septique), les tumeurs… Il s’agit de l’omarthrose centrée secondaire.

 

Omarthrose excentrée

Il s’agit d’une désaxation entre la tête de l’humérus et l’omoplate.

Les causes principales de cette désaxation sont les ruptures de la coiffe des rotateurs, dont l’excentration provoque une omarthrose excentrée en supérieur.

Il est possible que des morphologies particulières de l’omoplate entraînent également une désaxation progressive. Il s’agit de dysplasie glénoïdienne, provoquant volontiers une omarthrose excentrée en postérieur.

Certaines omarthroses centrées évoluent avec une usure progressive du capital osseux de l’omoplate vers des omarthroses excentrées. Il s’agit donc de proposer au patient une solution avant l’aggravation de la pathologie et de devoir proposer un traitement plus compliqué.

W

Symptômes

Dans tous les cas, le pincement articulaire, évoluant vers la destruction de l’articulation glénohumérale, entraîne les signes constants d’une arthrose :

  • Douleurs lors de la mobilisation de l’articulation, fluctuantes avec des phases mécaniques et inflammatoires, volontiers saisonnières
  • Perte de mobilité passive : il s’agit d’un point important de la symptomatologie, la mobilisation de l’articulation par l’examinateur ne permet pas d’obtenir toutes les mobilités normales d’une épaule
  • Sensation de ressaut, lorsqu’il existe des ostéochondromes associés à la dégradation cartilagineuse (il s’agit de petites « billes » apparaissant par ossification de débris cartilagineux dans l’articulation)
  • Sensation de craquement, parfois de roue dentée.

Les poussées inflammatoires peuvent provoquer des réveils nocturnes, associée à une irritation du tendon du long biceps.

Les douleurs ont pu être présentes avant l’apparition de l’arthrose, lorsqu’une cause inflammatoire ou une rupture de tendon est retrouvée.

Diagnostic

W

Examen clinique

L’examen clinique permet de constater une perte de mobilité passive de l’articulation lorsque l’arthrose est symptomatique.

Les mobilités sont altérées lorsque l’examinateur tente de reproduire les mobilisations naturelles d’une épaule. 

La perte de mobilité est également active puisque l’articulation dégradée est un véritable frein à la mobilisation de l’épaule. Au stade débutant de l’arthrose, dans le cadre d’une rupture massive de la coiffe des rotateurs, certaines mobilités passives peuvent être conservées alors que la mobilité active est totalement abolie.

Évidemment, cet examen clinique doit être prudent puisqu’il provoque en général des douleurs.

Le testing de la coiffe des rotateurs doit être réalisé dans le même temps pour permettre de faire le point précis, dans les limites de la mobilité de l’épaule, sur les tendons résiduels dont le patient est porteur. Une tendinopathie du long biceps est également fréquemment retrouvée.

L’examen clinique doit être bilatéral et comparatif, à la recherche d’omarthrose controlatérale.

W

Examen(s) d’imagerie

Les examens d’imagerie occupent une place centrale dans le diagnostic de l’arthrose de l’épaule où l’omarthrose.

Radiographies standard

Des radiographies standards de face et de profil permettent de retrouver les signes cardinaux de l’arthrose :

  • Pincement articulaire
  • Présence de géodes de part et d’autre de l’articulation dans l’os de l’humérus ou de la glène
  • Ostéophytose
  • Condensation de l’os sous-chondral

D’autres signes radiographiques peuvent être dépistés :

  • Ostéochondromes
  • Excentration de la tête de l’humérus permettant de rechercher une cause tendineuse ou dysplasique à l’arthrose
  • Signes d’ostéonécrose de la tête de l’humérus
  • –…

Arthroscanner

Cet examen permet, en l’absence d’allergie à l’iode, d’injecter l’articulation de l’épaule et de mouler l’intégralité du cartilage, des ligaments, et des tendons afin de rechercher des lésions associées.

Cet examen peut également permettre la réalisation d’une infiltration de corticoïdes, ou d’acide hyaluronique, ou de PRP dans le plus rares cas, dans le cadre d’un traitement médical.

 

IRM ou échographie

Ces examens ont peu de place dans la prise en charge de l’omarthrose, suppléant l’arthroscanner en cas d’allergie à l’iode.

 

Scanner sans injection avec protocole « BLUEPRINT »

Cet examen est primordial dans la prise en charge de l’arthrose par le Dr Falcone.

Il s’agit d’une prise en charge sur mesure pour le patient.

Ce protocole de scanner permet une planification tridimensionnelle de l’épaule dans le cadre du bilan préopératoire.

En effet, les systèmes de planification tridimensionnelle permettent, au moyen d’un logiciel de dernière génération « SHOULDER BLUEPRINT » du laboratoire Tornier – Stryker, de recréer une épaule virtuelle du patient sur ordinateur, afin de de planifier le positionnement optimal des implants d’une future prothèse.

Le logiciel permet de créer des guides sur mesure  » PSI – patient specific implantation » en titane par des imprimantes 3D.

L’arthrose de l’épaule (ou omarthrose) : traitement

W

Traitement médical

Le traitement médical a toute sa place dans la prise en charge de l’arthrose d’épaule ou omarthrose.

Il existe des possibilités de traitement anti-inflammatoire et antalgique par voie orale, couplée à une rééducation douce et progressive, qui ne devront pas aggraver le pincement articulaire et/ou la dégradation de celle-ci.

Les infiltrations peuvent également être proposées à visée anti-inflammatoire.

Leur délai d’efficacité est très variable, et la réponse est totalement différente selon chaque patient, chaque articulation.

Les infiltrations sont essentiellement réalisées avec des corticoïdes lorsque l’on souhaite une action anti-inflammatoire.

Si l’on souhaite repousser encore les possibilités d’une chirurgie, l’injection d’acide hyaluronique peut entrer dans l’articulation. Le PRP est également en cours d’évaluation.

Pour le moment, il n’y a pas de preuve scientifique franche de l’efficacité pérenne de ces infiltrations sur le long terme.

W

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical de l’arthrose d’épaule est principalement la mise en place de prothèse de l’articulation gléno humérale, ou arthroplastie.

Il existe différents types de prothèses :

L’hémi arthroplastie humérale

Principalement réalisée dans le cadre de reconstruction sur fracture, pour remplacer simplement la pièce humérale. Désormais en chirurgie conventionnelle, il s’agit d’implantation de prothèse avec un revêtement en pyrocarbone. Les indications sont plutôt rares et concernent les cas ou l’omoplate ne peut pas être remplacée ou si l’on souhaite une chirurgie extrêmement rapide pour des raisons anesthésiques par exemple.

 

L’arthroplastie totale anatomique (prothèse anatomique glénohumérale)

Il s’agit de modifier l’articulation glénohumérale pour la remplacer tout en conservant les tendons de la coiffe des rotateurs. La possibilité d’une conservation et/ou d’une réparation des tendons est primordiale dans l’implantation de cette prothèse, puisque sa stabilité et la mobilité de l’épaule sera proportionnelle à la qualité des tendons autour de celle-ci.

Des techniques de compensation de certaines dysplasies, innées ou acquises, permettent désormais grâce aux techniques de planification tridimensionnelle l’implantation de ce type de prothèse avec des résultats très satisfaisants.

 

L’arthroplastie totale inversée (prothèse inversée d’épaule)

Il s’agit de modifier le type d’articulation glénohumérale. La sphère va se retrouver du côté de l’omoplate et la concavité sera du côté de l’humérus. Cette prothèse étonnante est pourtant celle qui est la plus couramment posée, puisque les causes principales d’omarthrose sont les rupture massives de tendon avec épaule pseudo paralytique. Cette prothèse permet la mobilité de l’épaule grâce au seul fonctionnement du deltoïde après avoir abaissé et latéralisé le sens de rotation glénohumérale.

omarthrose anatomique symptomes operation epaule chirurgien orthopediste epaule paris dr marc olivier falcone paris
Prothèse anatomique
comment soigner une omarthrose inversee operation epaule chirurgien orthopediste epaule paris dr marc olivier falcone paris
Prothèses inversées

Posez une question à votre chirurgien

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 2

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec le Docteur Falcone ?