Rupture du long extenseur du pouce (LEP)

Le tendon long extenseur du pouce est un tendon permettant l’extension de la dernière phalange du pouce et la rétropulsion (mettre en arrière) de toute la colonne du pouce.

Sa rupture, dont le diagnostic est évident pour un chirurgien spécialiste de la main, sans plaie, survient le plus souvent au niveau du poignet à l’occasion d’une fracture opérée ou non, ou dans le cadre d’une maladie inflammatoire.

Définition de la Rupture du long extenseur du pouce (LEP)

Le long extenseur du pouce est un tendon provenant de la face dorsale de l’avant-bras et prenant un trajet oblique depuis le poignet vers la colonne du pouce.

Ce trajet est oblique et permis grâce un tunnel (3e compartiment des extenseurs) et à une poulie osseuse de réflexion provenant du radius (os principal du poignet) appelée tubercule de Lister.

La rupture du long extenseur du pouce survient, par définition, sans plaie, par une usure accélérée du tendon du pouce au niveau du poignet la plupart du temps.

Il s’agit d’une rupture d’origine ischémique, mécanique ou inflammatoire :  la gaine tendineuse enveloppant le tendon long extenseur du pouce, au niveau du tubercule de Lister du radius, est dilacérée (origine ischémique et mécanique) ou sécrète des enzymes toxiques (origine inflammatoire) pour les tendons. Cela entraîne un défaut de vascularisation ou une usure rapide conduisant à la dégénérescence du tendon et à sa rupture.

schema rupture du long extenseur du pouce chirurgien orthopediste main poignet paris docteur marc olivier falcone paris

Causes et symptômes de la Rupture du long extenseur du pouce (LEP)

La cause la plus fréquemment retrouvée est la fracture du radius.

Il n’est absolument pas rare de constater cette rupture au décours d’un traitement orthopédique par plâtre sur une fracture pas ou peu déplacée. Le faible déplacement plicature la gaine du tendon extenseur du pouce et entraîne une rupture ischémique.

Dans les cas les plus rares, la rupture peut survenir à l’issue d’un traitement chirurgical : mise en place de broche, retrait des broches, suites d’ostéosynthèse multiple.

La plupart du temps, il s’agit toujours d’une rupture ischémique et de manière exceptionnelle secondaire à une erreur technique ou à une dilacération du tendon par le matériel posé.

Les maladies inflammatoires, et notamment la polyarthrite rhumatoïde, peuvent être également à l’origine de cette lésion par une rupture par toxicité enzymatique inflammatoire, ou encore un ostéophyte volumineux sur arthrose trapézo métacarpienne.

Le motif de consultation est un défaut d’extension de la dernière phalange du pouce et surtout un défaut d’ouverture et de rétropulsion de la colonne du pouce : il s’agit de la difficulté à décoller le pouce d’une table lorsque la main y est à plat, ou de l’impossibilité de « faire du stop ».

Une douleur à la face dorsale du poignet préexiste souvent à la rupture.

Après la rupture, la douleur disparaît en général totalement.

Comme nous avons vu, le contexte étiologique, c’est-à-dire la recherche de la cause, est primordiale pour une prise en charge globale : traitement d’une maladie inflammatoire, retrait d’un matériel conflictuel…

Diagnostic de la Rupture du long extenseur du pouce (LEP)

W

Examen clinique

L’examen clinique comportera la recherche d’un défaut d’extension de la dernière phalange du pouce. En général le patient peut toujours étendre la 1re phalange sur le premier métacarpien et peut ouvrir la commissure du pouce.

Le déficit concerne principalement la rétropulsion du pouce.

Le patient ne se plaint d’aucune douleur liée à la rupture en général.

Il existe également une perte de l’effet ténodèse du long extenseur du pouce : la rétropulsion spontanée du pouce est impossible lors de la mise en flexion du poignet.

On constate parfois également une voussure à proximité du tubercule de Lister, la plupart du temps en aval, correspondant à la rétraction du long extenseur du pouce rompu.

Très souvent, les patients indiquent une période de douleur à la face dorsale du poignet préexistant à la rupture, puis un soulagement concomitant de la rupture.

W

Examen(s) d’imagerie

Le bilan d’imagerie comportera des radiographies à la recherche d’une cause osseuse (spicule osseux, cal vicieux du radius, matériel d’ostéosynthèse en place…)

L’échographie pourra compléter le bilan pour confirmer la rupture définitivement, et sa localisation précise, et éventuellement rechercher une cause non visible sur les radiographies.

W

Potentiels examens complémentaires

En cas de doute diagnostique, une IRM pourra compléter le bilan.

Dans le cadre d’une pathologie inflammatoire, il faudra faire réaliser un examen biologique par un prélèvement sanguin pour rechercher des anticorps spécifiques et des marqueurs de l’inflammation.

Rupture du long extenseur du pouce (LEP) : traitement

W

Traitement médical

La rupture est en général indolore et ne nécessite pas de prise d’antalgique.

Aucun traitement médical ne peut permettre la réparation spontanée d’une rupture sous-cutanée du long extenseur du pouce.

En effet, la dilacération et les rétractions tendineuses rendent totalement impossible ce type de prise en charge.

Le traitement médical sera indiqué en cas de pathologie inflammatoire dans certains cas, comme la prise en charge d’une polyarthrite rhumatoïde en parallèle de la prise en charge chirurgicale pour le tendon long extenseur du pouce.

Aucune immobilisation n’est nécessaire, il faut privilégier la mobilité du poignet et des autres doigts afin de ne pas enraidir les articulations.

En cas de nécessité de différer l’intervention chirurgicale, de la kinésithérapie peut éventuellement être envisagée pour entretenir les mobilités.

W

Traitement chirurgical

Seul le traitement chirurgical permet la restauration de l’extension de la dernière phalange du pouce et de la rétropulsion.

Le principe du traitement et la réalisation d’un transfert de l’extenseur propre de l’index sur le long extenseur du pouce.

En effet, la dilacération et l’usure tendineuse des 2 moignons de la rupture rendent impossible une suture bord à bord.

Une greffe tendineuse est parfois proposée, elle n’a pas la préférence des chirurgiens de la main qui préfèrent le plus souvent restaurer la fonction du pouce par un transfert de l’extenseur propre de l’index.

Posez une question à votre chirurgien

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 2

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec le Docteur Falcone ?